Sen santé

Rechercher

Articles

Infections Bucco-dentaires

Cabinet Dentaire AL AHMADYATOU - Dr BA Dame Assane

Infection Bucco-dentaire

L’infection bucco-dentaire, également connue sous le nom de maladies parodontales, fait référence à une infection bactérienne qui affecte les tissus de soutien des dents, y compris les gencives, le ligament parodontal et l’os alvéolaire. Cette condition peut englober la gingivite, une inflammation des gencives, ainsi que la parodontite, une forme plus avancée de la maladie parodontale.

Partager sur:

Versions audio

Go Back

Anorexie

Anorexie

 

L’anorexie  est un trouble du comportement alimentaire (TCA) caractérisé par une restriction des apports énergétiques dans le but de perdre du poids. L’anorexie mentale survient le plus souvent entre 14 et 17 ans. Toutefois, les formes prépubères de l’anorexie, dès 9-10 ans, semblent en augmentation dans la population. La survenue d’une anorexie mentale tardive à l’âge adulte est également possible.  On distingue deux types d’anorexie mentale : l’anorexie restrictive et l’anorexie avec crises de boulimie (type accès hyperphagique / purgatif).

L’anorexie restrictive

Il s’agit de la forme d’anorexie mentale la plus répandue. Les patients atteints par cette maladie engagent une restriction alimentaire sur une longue période (régime, jeûne), car ils ont une peur croissante de prendre du poids ou de devenir gros. Ils tentent également de perdre du poids par le biais d’une pratique sportive excessive.

Les personnes souffrant d’anorexie restrictive développent une perception anormale de leur poids, qu’elles voient beaucoup plus important que ce qu’il est en réalité. Elles éprouvent un besoin de contrôle de leur corps et des calories ingérées, pour renforcer le sentiment de maîtrise de leur vie et calmer leurs angoisses.

À l’inverse de la boulimie, l’anorexie restrictive ne compte pas d’accès récurrents d’hyperphagie (gloutonnerie), de vomissements provoqués ou de comportements purgatifs (critère d’exclusion) pendant 3 mois au moins. En outre, les restrictions touchent l’alimentation d’un point de vue quantitatif (nombre de calories ingérées) et qualitative (catégories d’aliments, par exemple gras ou sucrés). Ces restrictions peuvent aussi être plus sélectives et toucher un seul ingrédient ou type d’aliment. Le Dr Filsnoël souligne que les patients souffrant d’anorexie mentale sont souvent des personnes ayant beaucoup d’exigences envers elles-mêmes, mais peu de confiance et une faible estime d’elles. La conduite anorexique éloigne leurs émotions négatives, en créant un état particulier.

Les patients souffrant d’anorexie ont généralement un sentiment de toute-puissance, et sont fréquemment fiers de leur maigreur. Ils en tirent une grande satisfaction qui renforce leur estime et accentue encore le processus de restriction. Le Dr Filsnoël explique que ce cercle vicieux et radical éloigne le sentiment de faim…….Voir plus

Partager sur:

Infections Bucco-dentaires

Infections Bucco-dentaires

Cancer du sein

Cancer du sein

Anorexie

Anorexie

Pica

Pica

{"slide_show":3,"slide_scroll":1,"dots":"false","arrows":"true","autoplay":"true","autoplay_interval":3000,"speed":600,"loop":"true","design":"design-1"}
Go Back

Pica

Connaissez-vous la maladie de PICA?

Le pica est le fait de manger de manière persistante des matériaux non nutritifs, non alimentaires pendant  1 mois lorsque cela ne correspond pas au stade de développement (p. ex., le pica n’est pas diagnostiqué chez les enfants de < 2 ans) et lorsqu’elle ne fait pas partie d’une tradition culturelle (p. ex., de la médecine folklorique, rites religieux, ou pratique courante, comme l’ingestion d’argile [kaolin] dans le Piémont de Géorgie).

Versions audio

Partager sur:

Go Back

L’allaitement

Allaitement

Version audio:

L’allaitement maternel est un acte naturel et essentiel qui consiste à nourrir un nourrisson avec le lait maternel produit par sa mère. C’est une pratique ancestrale qui a été la méthode de choix pour nourrir les bébés pendant des milliers d’années. L’allaitement offre des avantages inestimables tant pour le bébé que pour la mère, contribuant au bien-être et à la santé à long terme des deux parties.

L’allaitement maternel fournit une nutrition complète, spécialement adaptée aux besoins du nourrisson, contenant tous les nutriments, vitamines, minéraux et anticorps nécessaires à sa croissance et à son développement optimal. En plus d’être une source idéale de nutrition, le lait maternel contient des éléments immunitaires qui protègent le bébé contre les infections et les maladies, renforçant ainsi son système immunitaire dès les premiers jours de vie.

Outre ses bienfaits pour le bébé, l’allaitement maternel présente également de nombreux avantages pour la mère. Il favorise la contraction utérine post-partum, aidant ainsi à réduire le risque d’hémorragie et à accélérer la récupération après l’accouchement. L’allaitement peut également aider la mère à perdre du poids plus rapidement et peut avoir des effets positifs sur la santé à long terme, comme la réduction du risque de cancer du sein et des ovaires.

En plus de ses bienfaits nutritionnels et physiologiques, l’allaitement maternel renforce le lien émotionnel entre la mère et le bébé, favorisant une relation d’attachement solide et sécurisante. C’est un moment privilégié pour offrir un contact intime et chaleureux qui contribue au développement émotionnel et social du bébé.

Malgré ses nombreux avantages, l’allaitement maternel peut parfois être un défi pour certaines mères, nécessitant un soutien et des informations adéquates pour réussir. Des professionnels de la santé, des consultants en lactation et des groupes de soutien peuvent fournir une assistance précieuse aux mères qui rencontrent des difficultés pendant cette période.

Dans l’ensemble, l’allaitement maternel est une pratique bénéfique et gratifiante qui offre des avantages considérables pour la santé et le bien-être du bébé et de la mère. C’est un acte d’amour et de nourriture qui crée des liens forts et durables entre la mère et son enfant, contribuant à bâtir un avenir en bonne santé et heureux.

Un enfant nourri uniquement au biberon peut également être en bonne santé et bien se développer si ses besoins nutritionnels sont correctement satisfaits. Cependant, il existe certains risques associés à l’alimentation exclusive au biberon, surtout si le lait maternel n’est pas utilisé ou si les précautions prévues ne sont pas prises. Voici quelques-uns des risques potentiels chez un enfant nourri uniquement au biberon :

  1. Risque d’infections : Le lait maternel contient des anticorps naturels qui aident à protéger le bébé contre les infections. Les bébés nourris au biberon peuvent être plus sujets aux infections gastro-intestinales et respiratoires, car ils ne bénéficient pas de cette protection immunitaire.

  2. Risque d’allergies : L’introduction précoce de formules lactées ou de lait de vache dans l’alimentation du bébé peut augmenter le risque de développement d’allergies alimentaires, en particulier si des antécédents familiaux d’allergies existent.

  3. Risque de suralimentation : Les biberons peuvent rendre difficile pour les parents de contrôler précisément la quantité de lait donnée à l’enfant, ce qui peut entraîner une suralimentation et augmenter le risque d’obésité infantile.

  4. Risque de carences nutritionnelles : Le lait maternel est spécialement conçu pour répondre aux besoins nutritionnels du bébé. Si une formule lactée n’est pas correctement choisie ou préparée, cela peut entraîner des carences en certains nutriments essentiels.

  5. Risque de troubles digestifs : Les bébés nourris au biberon peuvent être plus sujets aux coliques, aux reflux gastriques et aux problèmes digestifs que ceux nourris au sein.

  6. Risque de problèmes de dentition : L’utilisation prolongée du biberon, en particulier avec des liquides sucrés, peut augmenter le risque de caries dentaires et de problèmes de dentition.

Il est essentiel de souligner que les risques ci-dessus ne s’appliquent pas systématiquement à tous les bébés nourris au biberon. Les formules lactées infantiles sont conçues pour fournir une nutrition adéquate aux nourrissons et sont une alternative sûre et efficace lorsque l’allaitement maternel n’est pas possible ou choisi.

Pour minimiser les risques et assurer une alimentation saine et équilibrée, il est important que les parents consultent un professionnel de la santé pour obtenir des conseils sur le choix de la formule lactée appropriée, sur la préparation du biberon, et sur la fréquence et la quantité d’alimentation adaptée à l’âge et aux besoins individuels du bébé. Un suivi régulier par un pédiatre ou un professionnel de la santé est également essentiel pour surveiller la croissance et le développement du bébé et s’assurer qu’il reçoit une nutrition adéquate.

Partager sur:

Go Back

Le Tabagisme

Le tabagisme

Le tabagisme est une pratique de consommation de tabac qui présente de nombreux effets néfastes sur la santé humaine. Voici quelques-uns des principaux faits liés au tabagisme :

  1. Causes de décès évitables : Le tabagisme est l’une des principales causes de décès évitables dans le monde. Il est responsable de nombreuses maladies et affections graves, dont plusieurs types de cancer, des maladies cardiovasculaires, des maladies respiratoires chroniques et d’autres problèmes de santé.

  2. Addiction à la nicotine : La principale substance psychoactive présente dans le tabac est la nicotine. Elle crée une dépendance chez les fumeurs, rendant difficile l’arrêt du tabagisme malgré la connaissance des risques pour la santé.

  3. Tabagisme passif : Le tabagisme passif, également appelé exposition involontaire à la fumée de tabac, est préjudiciable à la santé. Les non-fumeurs qui inhalent la fumée de tabac des fumeurs sont également exposés aux risques de maladies cardiovasculaires, respiratoires et de cancer.

  4. Impact économique : Le tabagisme a un impact économique significatif sur les individus, les familles et les systèmes de santé. Les coûts des soins de santé liés au tabagisme et les pertes de productivité dues à la maladie et à la mortalité prématurée sont considérables.

  5. Effets sur la santé bucco-dentaire : Le tabagisme est lié à des problèmes de santé bucco-dentaire tels que la maladie parodontale (affection des gencives), la mauvaise haleine, les taches sur les dents et la perte de dents.

  6. Impacts sur la peau et l’apparence : Le tabagisme peut contribuer à un vieillissement prématuré de la peau, à des rides précoces et à une décoloration de la peau et des dents.

  7. Effets sur la fertilité et la grossesse : Le tabagisme peut nuire à la fertilité chez les hommes et les femmes. Chez les femmes enceintes, il est associé à des risques accrus de fausse couche, de naissance prématurée et de complications pour le bébé, y compris le faible poids à la naissance.

  8. Risques cardiovasculaires : Fumer augmente le risque de développer des maladies cardiovasculaires, y compris les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, l’hypertension artérielle et les maladies coronariennes.

  9. Lien avec le cancer : Le tabagisme est un facteur majeur de risque de divers types de cancer, notamment le cancer du poumon, de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, de la vessie, du pancréas et du rein.

  10. Impact sur l’environnement : La culture du tabac et la production de cigarettes ont également un impact négatif sur l’environnement, en raison de l’utilisation de pesticides, de la déforestation pour les cultures de tabac et de la pollution causée par les déchets de cigarettes.

Il est essentiel de sensibiliser sur les dangers du tabagisme et de promouvoir des politiques de prévention efficaces pour réduire la prévalence du tabagisme et ses conséquences sur la santé publique. L’arrêt du tabac est le moyen le plus efficace de réduire les risques pour la santé associés au tabagisme, et de nombreuses ressources et programmes d’aide à l’arrêt sont disponibles pour soutenir ceux qui souhaitent cesser de fumer.

 
 

Les conséquences du tabagisme sur la santé sont nombreuses et graves. Fumer peut affecter presque tous les organes du corps et augmenter considérablement le risque de développer diverses maladies et affections. Voici quelques-unes des principales conséquences du tabagisme :

  1. Maladies cardiovasculaires : Le tabagisme est un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires, notamment les maladies coronariennes, les accidents vasculaires cérébraux (AVC), les crises cardiaques et l’hypertension artérielle. La fumée de tabac endommage les parois des vaisseaux sanguins, augmente la formation de caillots sanguins et réduit la quantité d’oxygène transportée par le sang.

  2. Cancer : Le tabagisme est la principale cause de cancer du poumon. Il augmente également le risque de développer d’autres types de cancer tels que le cancer de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, du pancréas, de la vessie, du rein et du col de l’utérus, entre autres.

  3. Maladies respiratoires : Fumer endommage les poumons et peut entraîner des maladies respiratoires chroniques telles que la bronchite chronique et l’emphysème. Le tabagisme est également un facteur de risque majeur pour le développement de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

  4. Affections bucco-dentaires : Fumer peut entraîner une mauvaise haleine, des taches sur les dents, une augmentation du risque de caries et des problèmes de gencives tels que la maladie parodontale.

  5. Infertilité et complications pendant la grossesse : Le tabagisme peut nuire à la fertilité chez les hommes et les femmes. Chez les femmes enceintes, il augmente le risque de fausse couche, de naissance prématurée, de retard de croissance intra-utérin et de malformations congénitales chez le bébé.

  6. Vieillissement prématuré de la peau : Le tabagisme est associé à un vieillissement prématuré de la peau, avec l’apparition de rides, de ridules et de taches de vieillesse.

  7. Risque accru de maladies auto-immunes : Fumer augmente le risque de développer des maladies auto-immunes, telles que la polyarthrite rhumatoïde et la sclérose en plaques.

  8. Tabagisme passif : L’exposition à la fumée secondaire (tabagisme passif) peut également entraîner de graves problèmes de santé, notamment des maladies cardiovasculaires et respiratoires, chez les non-fumeurs.

  9. Impact sur la qualité de vie : Le tabagisme peut réduire la qualité de vie en raison des problèmes de santé associés, tels que l’essoufflement, la fatigue et la diminution de l’aptitude physique.

Il est important de noter que la meilleure façon de réduire ces conséquences néfastes sur la santé est de cesser complètement de fumer. Arrêter de fumer présente de nombreux avantages pour la santé, même pour ceux qui ont fumé pendant de nombreuses années. L’arrêt du tabac peut réduire considérablement le risque de développer des maladies liées au tabagisme et améliorer la santé globale de l’individu.

 
 

Partager sur:

Go Back

Maladies sexuellement transmissibles

Maladie Sexuellement Transmissible

Version audio:

Une MST (maladie sexuellement transmissible) est une maladie infectieuse qui se transmet principalement par contact sexuel, y compris les rapports vaginaux, anaux et oraux, ainsi que par le partage d’aiguilles contaminées lors de la consommation de drogues injectables. Les MST sont également appelées infections sexuellement transmissibles (IST) dans certains pays.

Les MST peuvent être causées par des bactéries, des virus, des parasites ou des champignons. Certaines MST peuvent être asymptomatiques, c’est-à-dire qu’elles ne présentent pas de symptômes visibles, tandis que d’autres peuvent entraîner des symptômes tels que des écoulements, des démangeaisons, des douleurs, des lésions cutanées, des ulcères génitaux, des verrues, des douleurs abdominales ou des problèmes urinaires.

Les MST courantes comprennent :

  1. Chlamydia : Une infection bactérienne courante qui peut toucher les organes génitaux, l’anus et la gorge. Elle peut être asymptomatique chez de nombreuses personnes.

  2. Gonorrhée : Une autre infection bactérienne qui peut provoquer des écoulements et des douleurs génitales.

  3. Syphilis : Une infection bactérienne qui se développe en plusieurs étapes et peut entraîner des ulcères génitaux, des éruptions cutanées et des problèmes neurologiques si elle n’est pas traitée.

  4. Herpès génital : Une infection virale qui provoque des lésions douloureuses autour des organes génitaux ou de l’anus.

  5. Condylomes acuminés (verrues génitales) : Une infection virale caractérisée par des excroissances cutanées autour des organes génitaux ou de l’anus.

  6. VIH (virus de l’immunodéficience humaine) : Le VIH attaque le système immunitaire et peut entraîner le sida (syndrome de l’immunodéficience acquise) si non traité.

  7. Hépatite B et C : Des infections virales qui affectent le foie et peuvent être transmises par contact sexuel ou par le partage de seringues contaminées.

Les MST (maladies sexuellement transmissibles) sont causées par des micro-organismes tels que des bactéries, des virus, des parasites ou des champignons. Ces agents pathogènes peuvent être transmis d’une personne à une autre lors de rapports sexuels non protégés (vaginaux, anaux ou oraux), par le partage d’aiguilles contaminées, ou de la mère à l’enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement.

Voici quelques exemples des principales causes d’infections sexuellement transmissibles :

  1. Bactéries : Certaines MST sont causées par des bactéries, telles que Chlamydia trachomatis, Neisseria gonorrhoeae (gonorrhée), Treponema pallidum (syphilis), Haemophilus ducreyi (chancre mou), etc. Ces bactéries infectent généralement les organes génitaux, mais peuvent également affecter d’autres parties du corps.

  2. Virus : De nombreux virus peuvent causer des MST, notamment le virus de l’herpès simplex (herpès génital), le virus du papillome humain (HPV) responsable des condylomes acuminés (verrues génitales), le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) qui provoque le sida, le virus de l’hépatite B et C, etc.

  3. Parasites : Certaines MST sont causées par des parasites, tels que Trichomonas vaginalis (trichomonase), responsable d’une infection vaginale commune.

  4. Champignons : Les infections à levures, comme la candidose, peuvent également se transmettre sexuellement.

Les MST se transmettent principalement par contact direct avec les fluides corporels infectés, tels que le sang, le sperme, les sécrétions vaginales et les liquides d’une personne infectée. Le partage d’aiguilles contaminées lors de l’utilisation de drogues injectables est une autre voie de transmission pour certaines MST, telles que le VIH et l’hépatite B et C.

Il est important de noter que certaines MST peuvent être asymptomatiques, ce qui signifie qu’une personne peut être porteuse de l’infection sans présenter de symptômes visibles. Cela augmente le risque de propagation de l’infection sans que la personne le sache. C’est pourquoi le dépistage régulier est essentiel pour identifier les MST précocement, même en l’absence de symptômes apparents.

 

Les conséquences d’une MST (maladie sexuellement transmissible) peuvent être variées et dépendent du type d’infection, de sa gravité, du moment où elle est diagnostiquée et du traitement approprié reçu. Voici quelques-unes des principales conséquences potentielles d’une MST non traitée ou mal gérée :

  1. Complications médicales : Certaines MST non traitées peuvent entraîner des complications médicales graves. Par exemple, une infection à Chlamydia ou à Gonorrhée non traitée peut se propager aux organes reproducteurs et provoquer une maladie inflammatoire pelvienne (MIP) chez les femmes, augmentant le risque d’infertilité, de grossesse extra-utérine et d’abcès pelvien. Chez les hommes, une infection non traitée peut entraîner une épididymite (inflammation du tube qui transporte les spermatozoïdes), ce qui peut affecter la fertilité.

  2. Complications liées à la grossesse : Certaines MST peuvent être transmises de la mère à l’enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement. Cela peut entraîner des infections congénitales chez le bébé, des complications graves pour la mère et le bébé, et même la mort du fœtus ou du nouveau-né.

  3. Risque accru d’infections et de transmission d’autres MST : Une MST non traitée peut affaiblir le système immunitaire et augmenter le risque de contracter d’autres infections, y compris d’autres MST.

  4. Impact sur la santé sexuelle et psychologique : Les MST peuvent avoir un impact sur la santé sexuelle et psychologique des personnes touchées. Les symptômes physiques, les douleurs, les écoulements, les démangeaisons et les lésions génitales peuvent causer de la détresse, de l’anxiété et de la honte. Cela peut également affecter la vie sexuelle et les relations intimes.

  5. Transmission à d’autres partenaires : Si une MST n’est pas traitée, la personne infectée peut transmettre l’infection à ses partenaires sexuels non protégés, contribuant à la propagation de l’infection.

  6. Risque accru de complications à long terme : Certaines MST, comme l’infection à VIH, peuvent évoluer vers le sida si elles ne sont pas diagnostiquées et traitées à temps. Le sida affaiblit le système immunitaire et rend la personne plus vulnérable aux infections opportunistes graves.

Il est important de souligner que la plupart des MST peuvent être traitées efficacement avec des médicaments appropriés, surtout si elles sont diagnostiquées tôt. C’est pourquoi il est crucial de consulter un professionnel de la santé pour un dépistage régulier si vous êtes sexuellement actif et de chercher un traitement dès que possible si vous présentez des symptômes ou si vous avez eu un contact sexuel avec une personne infectée.

La meilleure approche pour éviter les conséquences des MST est la prévention.

La prévention des MST (maladies sexuellement transmissibles) est essentielle pour protéger votre santé sexuelle et réduire la propagation de ces infections. Voici quelques mesures préventives importantes à prendre en considération :

  1. Utilisation correcte des préservatifs : Utilisez des préservatifs en latex ou en polyuréthane de manière correcte et régulière lors de chaque rapport sexuel, y compris les rapports vaginaux, anaux et oraux. Les préservatifs sont l’un des moyens les plus efficaces pour prévenir la transmission des MST, y compris le VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles.

  2. Réduction du nombre de partenaires sexuels : Limitez le nombre de partenaires sexuels pour réduire le risque d’exposition aux MST. Le risque de contracter une MST augmente avec le nombre de partenaires sexuels.

  3. Communication ouverte avec les partenaires : Parlez ouvertement avec vos partenaires sexuels de votre santé sexuelle, de vos antécédents médicaux et de vos pratiques sexuelles. Encouragez-les également à faire de même. Une communication honnête et ouverte peut aider à réduire le risque de transmission d’infections.

  4. Dépistage régulier : Faites-vous dépister régulièrement pour les MST, même si vous ne présentez pas de symptômes. Le dépistage précoce permet de diagnostiquer et de traiter rapidement toute infection, contribuant ainsi à éviter les complications et à réduire la transmission.

  5. Vaccination : Pour les MST pour lesquelles un vaccin est disponible, comme le vaccin contre le virus du papillome humain (HPV) pour prévenir les condylomes acuminés (verrues génitales) et certains types de cancer, assurez-vous de vous faire vacciner conformément aux recommandations médicales.

  6. Éviter le partage d’aiguilles : Si vous consommez des drogues injectables, n’utilisez jamais d’aiguilles ou de seringues déjà utilisées par d’autres personnes. Utilisez toujours du matériel d’injection propre et stérile.

  7. Protection pendant la grossesse : Si vous êtes enceinte ou si vous envisagez de l’être, consultez un professionnel de la santé pour vous faire dépister pour les MST et pour discuter des mesures de prévention appropriées pour protéger votre santé et celle de votre bébé.

  8. Gestion des facteurs de risque : Prenez soin de votre santé globale en adoptant un mode de vie sain, en contrôlant votre tension artérielle, votre taux de cholestérol et votre glycémie si nécessaire, en évitant le tabagisme et en maintenant un poids santé.

  9. Éducation en matière de santé sexuelle : Informez-vous sur les MST, leurs modes de transmission et les mesures préventives à prendre. Plus vous en savez sur ces infections, mieux vous serez en mesure de vous protéger et de protéger vos partenaires.

En suivant ces mesures préventives, vous pouvez réduire considérablement le risque de contracter une MST et contribuer à protéger votre santé et celle de vos partenaires. Si vous avez des questions ou des inquiétudes concernant les MST, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé ou un conseiller en santé sexuelle pour obtenir des conseils adaptés à votre situation.

Partager sur:

Go Back

4 Février:journée Mondiale de lutte contre le cancer

4 février journée mondiale de lutte contre le cancer

C’est une journée internationale consacrée à la prévention, la détection, la lutte contre la stigmatisation et le traitement du cancer.Elle est organisée tous les 4 Février.
L’organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le centre de l’Union Internationale contre le Cancer (UICC) pour promouvoir les moyens de faire reculer la charge de morbidité imputable à cette maladie

Versions audio

Partager sur:

Go Back

Journée de la lépre

La cérémonie marquant la journée de la lutte contre la lèpre se tiendra à ziguinchor
Elle débute ce Vendredi 26 jusqu’au 28 Janvier.
Cette journée constitue un moment fort de plaidoyer, désensibilisation sur les facteurs de développement de la maladie, mais également un cadre d’échanges et d’évaluation des interventions avec tous les acteurs concernés.
Elle est célébrée chaque dernier Dimanche du mois de Janvier ,depuis qu’elle a été instituée en 1954 par les Nations Unies
Aujourd’hui la maladie est sous contrôle au Sénégal, qui est en dessous du seuil d’elimination de la lèpre dont la prévalence fixée par l’OMS,devait être inférieure à un cas pour dix mille habitants

Go Back

Cancer du sein

Cancer du sein

Le cancer du sein est une affection grave qui touche les cellules du sein, l’un des organes les plus importants du système reproducteur féminin et présent chez les hommes également. Cette maladie se caractérise par une prolifération incontrôlée de cellules cancéreuses dans les tissus mammaires, conduisant à la formation de tumeurs malignes ou bénignes. Le cancer du sein est l’un des cancers les plus courants chez les femmes, mais il peut affecter toute personne, quel que soit son sexe. La détection précoce est cruciale, car elle permet un traitement plus efficace, améliorant ainsi les perspectives de survie. Ce cancer peut se manifester de diverses manières et peut être causé par un mélange de facteurs génétiques, environnementaux et de style de vie. Ce texte explore en détail le cancer du sein, en se penchant sur les causes, les facteurs de risque, les symptômes, les méthodes de dépistage, et les options de traitement, soulignant l’importance de la sensibilisation et de l’éducation pour la prévention et la gestion de cette maladie.

Les signes et les symptômes du cancer du sein peuvent varier d’une personne à l’autre. Il est important de noter que la présence de l’un de ces signes ne signifie pas nécessairement que vous avez un cancer du sein, mais il est crucial de consulter un professionnel de la santé si vous remarquez l’un des changements suivants :

  1. Une bosse ou une masse dans le sein ou sous le bras. Cela peut être une zone dure distincte du tissu environnant.

  2. Changements de taille, de forme ou de texture du sein. Par exemple, le sein peut devenir plus grand ou plus petit, ou peut sembler enflé.

  3. Douleur dans le sein ou au mamelon. Cela peut inclure une douleur persistante ou des douleurs qui surviennent de manière intermittente.

  4. Un écoulement anormal du mamelon. Celui-ci peut être clair, de couleur jaune, verte ou sanguinolent.

  5. Changements de la peau du sein. Cela peut inclure un aspect ridé ou des fossettes semblables à la peau d’orange.

  6. Rougeur, chaleur ou une sensation de chaleur au toucher.

  7. Un changement dans la forme ou la position du mamelon. Par exemple, le mamelon peut se rétracter vers l’intérieur.

Il est essentiel de noter que certains cas de cancer du sein peuvent ne pas présenter de symptômes évidents. C’est pourquoi les examens de dépistage réguliers sont importants, en particulier pour les femmes ayant des antécédents familiaux de cancer du sein ou d’autres facteurs de risque. Si vous remarquez tout signe inhabituel ou si vous avez des inquiétudes, il est essentiel de consulter un professionnel de la santé pour un examen plus approfondi.

Le traitement du cancer du sein dépend de plusieurs facteurs, notamment du stade du cancer, du type de cancer du sein, de la présence de récepteurs hormonaux, de l’âge, de l’état de santé général et des préférences personnelles de la patiente. Les principales options de traitement comprennent :

1. Chirurgie :La chirurgie est souvent utilisée pour enlever la tumeur cancéreuse du sein. Selon la taille et la localisation de la tumeur, la chirurgie peut impliquer une tumorectomie (ablation de la tumeur) ou une mastectomie (ablation du sein).

2. Chimiothérapie : L’utilisation de médicaments anti-cancéreux pour détruire les cellules cancéreuses. Elle peut être administrée avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur (chimiothérapie néo-adjuvante), ou après pour réduire le risque de récidive (chimiothérapie adjuvante).

3. Radiothérapie : L’utilisation de rayonnements de haute énergie pour cibler et détruire les cellules cancéreuses restantes après la chirurgie, ou pour réduire la taille de la tumeur avant l’opération.

4. Hormonothérapie : Elle consiste à bloquer les effets des hormones dans le corps ou à diminuer leur production, car certaines formes de cancer du sein sont stimulées par des hormones telles que les œstrogènes ou la progestérone.

5. Thérapie ciblée : Cette approche implique l’utilisation de médicaments qui ciblent spécifiquement les anomalies présentes dans les cellules cancéreuses, tout en limitant les dommages aux cellules saines.

6. Immunothérapie : Cette thérapie stimule le système immunitaire pour qu’il identifie et attaque les cellules cancéreuses.

Le plan de traitement est souvent élaboré par une équipe médicale multidisciplinaire comprenant des chirurgiens, des oncologues, des radiologues et d’autres professionnels de la santé spécialisés dans le traitement du cancer. Le soutien émotionnel et psychologique ainsi que les soins palliatifs peuvent également être intégrés au traitement pour améliorer la qualité de vie de la patiente. Il est crucial que la patiente discute en détail avec son équipe médicale pour comprendre les avantages et les risques associés à chaque option de traitement.

Partager sur:

Go Back

Demander un rendez-vous